Kettlebells mais pas seulement…

by Alexey on 11 septembre 2011

Exercices sans charge externe dans le Système RKC

 

Depuis trois ou quatre ans une nouvelle mode gagne de plus en plus de terrain dans les quartiers déshérités des Etats-Unis. Ceux qui n’ont pas assez d’argent pour payer les abonnements exorbitants (avec lesquels les clubs de fitness se remboursent les appareils de plus en plus absurdes) se tournent vers le matériel plus simple et plus basique. En l’occurrence, la barre fixe et les barres parallèles.

Ceci dit, là où c’est nouveau c’est aux Etats-Unis. En ce qui me concerne, depuis mes 12 ou 13 ans et jusqu’au jour où je suis parti pour la France je passais en moyenne 1 heure par jour sur une barre gymnastique tout seul ou avec des potes, à perfectionner les mouvements et en apprendre d’autres (dans le style, comme dit Pavel : « Tiens mon verre et regarde ça ! »).

C’était facile parce que des barres fixes il y en avait dans toutes les cours d’immeubles et aux abords de tous les stades (accès aux stades, mêmes olympiques, était libre pour tout le monde).

Dans toutes les cours d’écoles et les enceintes d’écoles militaires il y avait des batteries des barres fixes et parallèles et aussi, des « cages » avec des barres sur plusieurs niveaux, des échelles, des cordes et des anneaux. Et je parle mêmes pas des parcours de combattant… A croire que les Russes ont ça dans le sang.

D’ailleurs, il m’est arrivé un truc drôle il y a huit ans au Canada. Il y avait une barre fixe sur un terrain de sport/pique-nique du Stanley Parc dans le centre de Vancouver où j’ai dû passer deux semaines. Fatalement, tous les jours on pouvait m’y trouver en fin d’après-midi, essayant de me souvenir les mouvements que je maîtrisais des années auparavant. D’habitude, j’étais seul. Et puis un jour j’arrive et je trouve un autre gars faire à peu près la même chose que moi. Vous avez deviné: lui aussi était Russe.

Aujourd’hui, des jeunes et moins jeunes Russes continuent à perpétuer la tradition :

Remarquez la diversité des endroits où sont filmées ces images. Quel dommage qu’en France il semble si difficile de trouver dehors ne serait-ce qu’une simple barre fixe…

Vous pouvez vous demander pourquoi est-ce que je me mets à parler des barres fixes sur un blog consacré aux Kettlebells ?

Question légitime. Voici la réponse.

Le Système RKC est un système de concepts, méthodes et exercices destinés à améliorer la forme physique de chacun, à augmenter la force, la puissance, la souplesse, la coordination et toutes les qualités physiques nécessaires pour être efficace et autonome aussi bien dans la vie de tous les jours que dans les circonstances les plus extrêmes.

C’est le mouvement qui fait la différence entre une tâche ardue exécutée visiblement sans efforts et un trauma aux conséquences désastreuses. C’est le mouvement qu’on apprend en premier dans le Système RKC et qu’on s’attache ensuite à renforcer.

La plupart du temps, on utilise le Kettlebell qui, grâce à ses qualités s’y prête on ne peut mieux. D’autant que pour être efficace physiquement on doit savoir maîtriser une charge externe.

Mais on doit aussi savoir maîtriser son propre corps et là, les mouvements de gymnastique, au sol ou sur les supports comme une barre fixe, rentre en force dans le Système RKC. D’ailleurs, dès cette année le Niveau III a fait son apparition dans la gradation des Instructeurs RKC. Le Stage de certification, consacré en grande partie aux exercices « avec le poids du corps » est organisé au mois d’Octobre aux Etats-Unis.

Tout ça pour dire : apprenez bien les mouvements, renforcez-les avec Kettlebells mais ne passez pas l’occasion d’augmenter vos « compétences physiques » quand vous avez une barre de tractions à portée de la main. Peut-être allez-vous garder votre forme bien plus longtemps que vous ne croyez…

Force&Santé !

 

Comments on this entry are closed.