Voyage, Voyage…

by Alexey on 3 juillet 2011

Les gens, les Kettlebells et RKC dans le monde

Il n’y a pas longtemps dans un livre sur le développement personnel je suis tombé sur un passage assez remarquable. Un homme d’une vingtaine d’années s’adressait à un grand entrepreneur américain, âgé et bien sûr, très riche.

Il disait qu’il venait de finir ses études et qu’il avait 40 000 dollars hérités de ses parents. Il voulait savoir quelle serait la meilleure façon de les investir.

La réponse qu’il a reçue était aussi brillante qu’inattendue. Le vieil entrepreneur lui a dit : « La meilleure chose que tu peux faire maintenant c’est de prendre un an et faire un tour du monde. Va dans des différents pays, rencontre des gens, apprends tout ce que tu peux de leur vie, leurs caractères et leurs coutumes, essaie de vivre et de travailler avec eux. Aucun investissement ne pourra te rendre plus riche que ce voyage. »

Ça fait réfléchir, non ?

Hélas, on a plus 20 ans, on a pas 40 000 dollars à dépenser et on a trop d’obligations professionnelles et familiales pour partir un an ailleurs. Mais ça ne devrait pas nos empêcher de profiter de nos rares voyages pour élargir nos horizons.

Et ça tombe bien parce que j’en ai fait deux le mois passé, un aux États-Unis, l’autre en Italie.

Californie

Rassurez-vous, je ne vais pas vous raconter le temps qu’il a fait à San Diego pendant mon séjour. Notre thème reste le Kettlebell et le RKC.

Et justement, dans ce cadre-là j’ai eu la chance de rencontrer des gens formidables : Franz Snideman, Senior RKC (« senior » n’a rien à voir avec l’age mais avec l’ancienneté et le niveau de maîtrise technique et pédagogique) et sa femme, Yoana Snideman, RKC Team Leader (Chef d’Equipe ce qui veut dire que son niveau lui permet d’être responsable d’une équipe de candidats instructeurs dans un stage de certification).

Alexey et Franz Snideman, Senior RKC, à "Revolution La Jolla", San Diego

Aujourd’hui en Californie il y près de 400 instructeurs RKC. Mais Franz et Yoana étaient uns des premiers. Franz, sprinter du niveau national était déjà coach personnel quand il a rencontré Pavel au début des années 2000. Sa conversion était immédiate et définitive.

Le Kettlebell n’était pas encore très connu alors Franz et Yoana ont connu leur lot de galères. Heureusement, les Américains sont avides de nouveautés et pour la plupart, savent faire la différence entre le toc et le « real deal ».

Aujourd’hui ils possèdent une salle pignon sur rue à La Jolla, quartier huppé de San Diego. Parmi leurs clients il y a des sportifs professionnels ou amateurs, des « businesswomen » hyperactives comme des femmes au foyer, des enfants de moins de 10 ans et leurs grands-parents…

La base de leur travail est, bien sûr, le Kettlebell mais les principes du Système RKC s’appliquent à n’importe quelle forme d’exercices et ils ne s’en privent pas : TRX, « Battling Ropes », bon vieux exercices avec le poids du corps, leur arsenal est complet.

En plus de ça, Franz est ostéopathe diplômé et n’hésite jamais corriger les petits bobos de ses clients.

Malgré leur charge de travail et leurs deux enfants (1 et 3 ans), Franz et Yoana continuent à s’entraîner eux-mêmes. D’ailleurs, Yoana s’entraînait – avec Kettlebells – alors qu’elle était enceinte et a même publié un livre, « Kettlebell Mommy » relatant son expérience et sa méthodologie d’entraînement.

Yoana est probablement l’exemple le plus parlant, la preuve que le Système RKC vous permet d’aller au-delà de vos limites plus loin encore qu’on puisse imaginer. Je l’ai vue moi-même faire des Swings avec « La Bête » (Kettlebell de 48kg), techniquement impeccables (ça va de soi) en plusieurs séries de 10 répétitions. Or, c’est quasiment son poids du corps !

Petite parenthèse. Entendons-nous bien, le but de nos entraînements n’est pas tel ou tel chiffre, comme les 10 répétitions de Swing avec « La Bête ». Le but c’est la force et la puissance qui permettent de les faire. Un poste sur ce thème est à suivre.

Finalement, la plus grande leçon que j’ai tiré de ma rencontre avec Franz et Yoana est que l’optimisme, l’enthousiasme, la volonté de faire des efforts et la confiance en soi sont les meilleurs compagnons du succès dans la vie. Succès dans le sens accomplissement, harmonie et réalisation des rêves plutôt que plusieurs chiffres (précédés d’un « + ») sur le relevé bancaire. A méditer…

Dans la deuxième partie de ce poste je reviendrais sur le Stage de certification d’Instructeurs RKC en Italie au mois de Juin.

Comments on this entry are closed.