Les Mots Qui Vous Sauveront La Vie

by Alexey on 1 janvier 2014

Par Alex Green

(Article publié à l’origine dans la lettre d’information « Daily Wealth », le 11 Décembre 2013)

Pour parler d’un prisonnier modèle…

En 1985, Fleet Maull a entamé sa peine d’emprisonnement de 14 ans pour trafic de drogue. Pendant son incarcération il a obtenu un doctorat en psychologie, a écrit un livre qui a été acclamé par les lecteurs, est devenu prêtre, a fondé un programme d’accueil pour les prisonniers âgés et a lancé le réseau « Prison Dharma » (organisation non lucrative qui soutient la réhabilitation des prisonniers à travers la spiritualité contemplative).

Aujourd’hui, Maull travaille comme un activiste de la paix et un coach en efficacité personnelle, faisant des conférences dans les meilleures universités, les salles de réunion des grandes entreprises, les zones à haut risque telles que le Rouanda ou le Moyen Orient mais aussi dans ce qu’il appelle « le monde perdu » à l’intérieur de nos maisons d’arrêt et centres de détention.

Maull a beaucoup de sagesse et d’expérience à partager. Mais il résume son message central en une seule phrase : Responsabilité Radicale…

Maull croit que nous créons nous-mêmes tout ce qui nous arrive dans la vie, bon comme mauvais. C’est uniquement en acceptant l’entière responsabilité que nous faisons le pas de géant séparant l’enfance de l’âge adulte. La responsabilité est la clé de l’efficacité personnelle dans toutes les sphères de notre vie.

Pourtant, beaucoup d’entre nous adoptent la mentalité de victimes impuissantes, préférant attribuer tous nos problèmes à la malveillance des autres.

Comme vous, j’ai rencontré beaucoup d’hommes et de femmes âgés qui râlent et se plaignent de leurs expériences malheureuses passées et qui accusent toujours les autres de leur mettre des bâtons dans les roues. Ils sont fâchés avec leurs parents, haïssent leurs anciens patrons ou continuent à détester leurs ex. Ils restent piégés dans leur passé et n’arrivent pas à se libérer.

Or, les émotions négatives sont le grand ennemi du succès et du bonheur. Peur, auto apitoiement, jalousie, convoitise et colère nous tirent vers le bas, nous empêchent d’avancer et pompent la joie de notre vie.

Les études ont démontré qu’il y a en tout quatre sources de ces émotions. Une fois identifiées, vous pouvez commencer à les éliminer :

  • Justification. Vous pouvez être négatif uniquement si vous vous êtes convaincus que vous avez droit d’être en colère. Les gens malheureux sont toujours en train d’expliquer la profonde injustice de leur situation.
  • Rationalisation. La rationalisation est une sorte d’aveuglement, une tentative de trouver un fondement plausible pour une action socialement inacceptable. Par exemple, « Si je rendais ça avec un retard de six semaines, ça ne ferait plus aucune différence de toute façon… »
  • Reproches. Il n’y a pas de qualité plus étroitement associée au manque de joie et de bonheur que l’habitude de reprocher ses difficultés aux autres.
  • Manque de respect de soi. Un respect de soi au ras des pâquerettes est généralement caractérisé par une hypersensibilité par rapport à l’opinion des autres. Personne ne veut perdre le respect des autres mais les gens consciencieux n’ont pas besoin de se tracasser au sujet de ce que les autres pensent d’eux.

Brian Tracy, consultant en management, note qu’il y a un antidote très simple contre les facteurs qui créent les émotions négatives. Vous avez juste besoin de dire ces mots : Je suis responsable.

Que votre problème actuel soit le chômage, l’addiction, l’excès de dépenses, l’obésité ou un conflit personnel avec un proche, vous faites un grand pas vers la solution au moment où vous dites : « Je suis responsable ».

Il est impossible de dire ces mots et de rester en colère. L’action même d’assumer la responsabilité court-circuite et annule nos émotions négatives.

Tracy continue : « A chaque fois que vous accusez quelqu’un [de vos difficultés] ou vous trouvez des excuses, vous abandonnez un peu de votre pouvoir. Vous vous sentez affaibli et diminué… Sans accepter la complète responsabilité personnelle aucun progrès n’est possible. D’un autre côté, une fois que vous avez accepté la totale responsabilité de votre vie, il n’y a plus de limite à ce que vous pouvez être, faire et avoir ».

Pourtant, beaucoup préfèreront courir le marathon de Boston dans un mètre de neige plutôt que de dire ces mots. Pourquoi ?

Les psychologues disent que l’être humain a une tendance naturelle à gonfler son amour-propre et à fuir le regret. Qu’on soit d’accord ou pas, on va plutôt prendre la responsabilité pour tout ce qui est positif et attribuer les développements négatifs aux circonstances défavorables et à la malveillance des autres.

Ca ne veut pas dire qu’il n’y a pas d’occasions où nos vies soient influencées significativement par des forces extérieures. Vous pouvez être un bon travailleur et quand même perdre votre boulot à cause d’une réduction d’effectifs dans votre boîte. Ou peut-être que vos parents n’étaient des exemples à suivre. Mais les victimes ne créent pas de changements. C’est seulement quand vous vous focalisez sur ce que vous pouvez faire et comment vous devriez agir que vous gagnez du pouvoir.

Aujourd’hui, les entreprises et les différentes organisations cherchent les gens qui sont capables de réfléchir et de se gérer, qui répondent aux problèmes de manière proactive plutôt que d’attendre les solutions de quelqu’un d’autre.

Une étude faite à New York il y a quelques années a trouvé que quelque soit le domaine, les 3% des personnes les plus performantes ont en commun une certaine attitude qui les met à part : ils choisissent tous de se considérer comme travailleurs indépendants tout au long de leur carrière, peu importe qui signe leur chèque.

Ce sont les gens qui fixent les objectifs, élaborent les plans, définissent les mesures et obtiennent des résultats.

La responsabilité radicale change tout. Ca veut dire que vous maîtrisez vos pensées, vos pulsions, vos sentiments et vos actions. Vous répondez des conséquences qu’elles provoquent et de l’impact qu’elles ont sur les autres.

Pour autant, ce n’est pas un fardeau. C’est un privilège et un honneur d’être « propriétaire » de ses faits et gestes.  Ca donne la liberté et le contrôle. Ca donne un sens à la vie.

L’autonomie est une source d’un grand pouvoir personnel. Nous nous créons nous-mêmes, formons notre identité et déterminons le cap que prend notre vie en fonction de ce pour quoi on prend la responsabilité.

Vous voulez changer votre vie et résoudre vos problèmes, à partir d’aujourd’hui ? Dites ces mots simples :

Je suis responsable.

Comments on this entry are closed.